Portefeuille d'actions

Nos portefeuilles d'actions, qui comptent en général de 80 à 120 entreprises, affichent une bonne diversification sectorielle, géographique et par émetteur. Nous ne nous fixons pas de cible absolue en matière de pondération sectorielle ou géographique; cette pondération découle plutôt de la sélection de titres. Les portefeuilles sont ensuite passés en revue, ce qui permet de vérifier s'ils sont construits dans la perspective d'une saine exposition et d'une représentation équilibrée des divers secteurs industriels et régions du globe.

Du fait que nous recherchons les entreprises dont la valeur s'appréciera sur une période de trois à cinq ans, le taux de roulement de nos portefeuilles d'actions est relativement faible, soit de 20 % à 25 % par année. Le taux de roulement des titres à revenu fixe est plus faible encore, et se situe aux environs de 10 % par année.

Revenu fixe

Nous considérons la partie revenu fixe d'un portefeuille comme une source de stabilité et de rendement courant. Nous prenons soin d'éviter les risques de crédit dont les primes de rendement sont généralement insuffisantes. Le marché des actions compense plus largement les risques d'affaire et c'est donc dans ce marché que nous les prenons.

Nous sommes attentifs aux fortes variations des taux d’intérêt et nous ajustons en conséquence les composantes du portefeuille. Nous considérons que ces fluctuations à court terme sont difficiles sinon impossibles à prévoir judicieusement ce qui n'est pas le cas des mouvements à moyen terme.

Nous préparons nous-mêmes des prévisions détaillées de l'évolution des économies du Canada et des États-Unis mais nous nous procurons ces données pour l'Europe et l'Asie. L'analyse des devises est faite à l'interne. Ces informations servent à déterminer les perspectives d'inflation et les besoins de fonds dans chaque économie et chaque secteur, ce qui nous permet en retour d'analyser l'évolution à moyen et à long terme des taux d'intérêt.

Les caractéristiques propres de chaque instrument ont leur importance. Par exemple, le choix entre un coupon et une obligation de durée équivalente peut constituer une décision stratégique. Nous portons donc une attention particulière à l'analyse des caractéristiques particulières des obligations en fonction de la devise et selon qu'elles sont à échéance reportable, encaissables ou remboursables par anticipation, rachetables ou convertibles.

Rien de mieux que l’équilibre.
Parlons-en.

Indépendante depuis 31 ans, Letko Brosseau a généré une surperformance à long terme pour ses clients en investissant au Canada et partout dans le monde.

Pas de placements alternatifs.
Pas de vérité alternative.

Une recette simple :

  • Faible coût
  • Positions longues uniquement
  • Pas d’effet de levier
  • Sociétés ouvertes uniquement
  • Équipe chevronnée
Rien de mieux que l’équilibre.

Rendements
du composite
équilibré :

11,3

%

de rendement annualisé sur plus de 31 ans

3,6

%

de surperformance annualisée par rapport à l’indice

Les rendements indiqués ci-dessus sont les rendements annualisés en dollars canadiens, avant déduction des frais, du composite équilibré global (axé sur le Canada) de Letko Brosseau du 1er janvier 1988 au 30 juin 2019. Ce composite de 11,7 milliards de dollars inclut tous les mandats de gestion discrétionnaire de portefeuilles équilibrés privilégiant les actions canadiennes et dont les cibles de répartition de l’actif sont de 30 à 70 % en titres à revenu fixe et de 30 à 70 % en actions mondiales. L’indice de référence est 5 % l’indice de rendement total des Bons du Trésor à 91 jours FTSE Canada, 40 % l’indice de rendement total des obligations universelles FTSE Canada, 20 % l’indice de rendement total plafonné composé S&P/TSX et 35 % l’indice de rendement total net MSCI tous les pays du monde. Du 1er juin 2007 au 31 décembre 2017, l’indice de référence était 5 % l’indice de rendement total des Bons du Trésor à 91 jours FTSE Canada, 40 % l’indice de rendement total des obligations universelles FTSE Canada, 20 % l’indice de rendement total plafonné composé S&P/TSX et 35 % l’indice de rendement total net MSCI monde. Du 1er janvier 2001 au 31 mai 2007, l’indice de référence était 5 % l’indice de rendement total des Bons du Trésor à 91 jours FTSE Canada, 40 % l’indice de rendement des obligations universelles FTSE Canada, 30 % l’indice de rendement total plafonné composé S&P/TSX et 25 % l’indice de rendement total net MSCI monde. Du 1er janvier 1988 au 31 décembre 2000, l’indice de référence était 5 % l’indice de rendement total des Bons du Trésor à 91 jours FTSE Canada, 40 % l’indice de rendement total des obligations universelles FTSE Canada, 35 % l’indice de rendement total composé TSE 300 rajusté pour plafonner à 10% le poids de tout groupe d’actions inclus dans l’indice, et 20 % l’indice de rendement total net MSCI monde. Les rendements passés ne sont pas garants des rendements futurs.

La valeur ajoutée représente le rendement excédentaire du composite équilibré global (axé sur le Canada) par rapport à l’indice de référence du 1er janvier 1988 au 30 juin 2019.

* L’univers comparatif est l’univers des régimes de retraite canadiens à prestations déterminées de RBC Services aux investisseurs et de trésorerie, au 30 juin 2019.