Investir au Canada

Communiqué de presse

 

MONTRÉAL – 8 SEPTEMBRE 2021 – LetkoBrosseau, un important gestionnaire de placements canadien, exprime aujourd’hui sa préoccupation quant à la nette réduction des placements en actions canadiennes cotées par le secteur des régimes de retraite.

L’Association canadienne des gestionnaires de caisses de retraite, la plus importante association de gestionnaires de fonds de retraite au pays, a indiqué que les titres de sociétés canadiennes cotées en Bourse représentaient quelque 5 % du total des actifs de ses membres pour l’exercice terminé le 31 décembre 2020, contre 28 % en décembre 2000. Il s’agit d’un net recul.

« Le transfert important de fonds vers des placements étrangers qu’a effectué le secteur canadien des caisses de retraite devrait être un enjeu majeur pour la population et nos dirigeants, a déclaré Daniel Brosseau, président de LetkoBrosseau. Quand les gestionnaires de fonds envoient à l’étranger l’épargne durement gagné des Canadiens, ce ne sont pas seulement ces fonds qu’ils sortent du pays, mais aussi certains des grands avantages économiques qui y sont associés. Cela se traduit par moins d’innovation, moins d’emplois, une moindre activité économique et une sécurité réduite pour la population canadienne. »

Notre objectif est de sonner l’alerte quant au retrait rapide des investisseurs institutionnels canadiens des marchés intérieurs pour susciter une conversation importante sur la justification économique et morale du rapatriement de l’argent des travailleurs canadiens.

Parmi les principaux facteurs militant pour de plus grands investissements au pays par les caisses de retraite figurent les suivants :

  • Les prestations des fonds de pension sont versées aux participants des régimes en dollars canadiens et la très forte exposition à l’étranger comporte un réel risque de change.
  • À long terme, les actions canadiennes ont surpassé les actions étrangères. Depuis 1988, l’indice S&P/TSX a généré un rendement annualisé de 8,7 %, contre 7,8 % (selon l’indice MSCI) pour les actions étrangères sur la même période[1].
  • Les promoteurs de régimes de retraite investissent de plus en plus en capital-investissement, qui utilise souvent un effet de levier augmentant les rendements mais aussi le risque. Ces placements non liquides ne sont pas soumis aux mêmes exigences d’évaluation quotidienne à la valeur du marché et de transparence que les titres de sociétés cotées.

« Nous comprenons certes la nécessité de la diversification internationale – principe que nous appliquons depuis de nombreuses années –, mais il faut un équilibre. Les investisseurs doivent sans doute regarder à l’étranger pour s’exposer adéquatement à des secteurs comme ceux des produits pharmaceutiques et des technologies, a fait valoir Peter Letko, vice-président de LetkoBrosseau. Cependant, la vigueur de l’économie canadienne et les avantages d’autonomie que nous donne l’investissement dans nos propres industries devraient aussi figurer en tête des priorités. De plus, il est temps que les promoteurs de régimes prennent la parole à ce sujet. Ils ont fait pression auprès des gestionnaires de fonds pour que ces derniers tiennent compte d’enjeux ESG importants, mais il leur faut maintenant souligner que leur argent doit soutenir les intérêts de leurs membres au pays. »

Investir au Canada n’est pas seulement la bonne chose à faire sur le plan moral, c’est aussi financièrement avantageux. Depuis notre création en 1988, nos portefeuilles canadiens ont enregistré des gains nets de 17,5 milliards de dollars[2] en investissant dans des actions canadiennes. Cela représente un rendement composé annualisé de 14,6 %, soit près du double du rendement annualisé de 7,8 % enregistré sur les marchés internationaux sur la même période. Un tel résultat ne plaide guère pour une sous-pondération du Canada.

À LetkoBrosseau, nous envisageons les perspectives du Canada avec optimisme. Le pays bénéficie d’une situation démographique favorable, d’une population tolérante, instruite et diverse, d’une économie en expansion et modérément endettée, de ressources naturelles abondantes, d’infrastructures modernes, d’établissements d’enseignement de renommée mondiale, et de stabilité politique. Les occasions à saisir y sont donc nombreuses.

Tout au long de notre parcours de plus de 30 ans, nous n’avons jamais renoncé à investir au Canada. Les gestionnaires de fonds, les promoteurs de régimes de retraite et les dirigeants ne devraient pas le faire non plus. 

 

POUR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, VEUILLEZ COMMUNIQUER AVEC :

 

Daniel Brosseau
Président
(514) 499-1200
[email protected]

 

 

Peter Letko
Vice-président principal
(514) 499-1200
[email protected]

 

 

[1] La période est du 1er janvier 1988 au 31 juillet 2021. Les indices de référence sont l’indice de rendement total plafonné composé S&P/TSX et l’indice de rendement total net MSCI monde.

[2] Représente les gains nets sur les placements en actions canadiennes de tous les mandats sous gestion durant la période du 1er janvier 1988 au 31 juillet 2021.

 

Les informations et opinions contenues dans les présentes sont fournies à titre indicatif seulement, sont sujettes à changement et ne visent pas à fournir des recommandations en matière de placement, et ne doivent pas être utilisées comme tel. Certains renseignements contenus dans les présentes peuvent constituer des énoncés prospectifs. Les énoncés prospectifs peuvent comporter des estimations, des attentes, des opinions, des prévisions, des projections, des indications ou d’autres déclarations qui ne sont pas des énoncés de faits. Bien que Letko Brosseau soit d’avis que les attentes dont rendent compte ces énoncés sont raisonnables, rien ne garantit qu’elles se matérialiseront. Ces énoncés sont assujettis à certains risques et incertitudes et peuvent être fondés sur des hypothèses faisant en sorte que les résultats réels diffèrent considérablement des résultats prévus ou implicites qu’ils renferment. Les énoncés prospectifs de Letko Brosseau doivent être lus sous réserve de la présente mise en garde.  Les énoncés prospectifs figurant dans ce communiqué sont faits au moment où il est rédigé, et Letko Brosseau n’a pas l’intention, et n’assume aucune obligation, de les mettre à jour ou de les réviser à la lumière de nouvelles informations, d’événements futurs ou pour quelque autre motif, sauf si elle en est expressément requise par les lois sur les valeurs mobilières applicables.